foto1
foto1
foto1
foto1
foto1
logo

Home, Wood Home

autoconstruction en bois

Visites

2446379
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
Mois dernier
499
1524
7700
23049

Utilisateur

L'isolation est conséquente, l'étanchéïté à l'air est soignée, reste maintenant à ventiler :

tumblr bladerunner 480

Pourquoi et comment ventiler ?

Si certains négligent la ventilation (voire s'en passent ?), je considère pour ma part qu'il s'agit d'un poste tout à fait essentiel dans une maison. Il convient en effet d'évacuer vers l'extérieur :

  • l'humidité générée par notre respiration et nos activités : cuisine, douches ...
  • le CO2 généré par notre respiration ;
  • les composés volatiles produits par les matériaux de décoration, les meubles, les peintures et vernis ...

Rappellons que de nombreuses enquêtes ont montré que par manque de ventilation, l'air intérieur et généralement plus pollué que l'air extérieur ...

Si ventiler en été n'est pas un soucis, puisqu'il suffit d'ouvrir généreusement les fenêtres, en hiver cela devient impossible, sauf à sous-ventiler ou bien à refroidir l'intérieur de la maison.

Une seule solution dans une maison très basse consommation : la VMC double flux.

Une VMC double flux, c'est quoi ?

Le principe de la VMC (ventilation mécanique contrôlée) est :

  • d'aspirer l'air des pièces humides (cuisine, salles de bain, wc) pour le rejeter à l'extérieur;
  • d'aspirer de l'air neuf à l'extérieur pour l'insuffler dans les autres pièces (chambres, salon, salle à manger);
  • de faire se croiser ces deux flux d'air dans un échangeur de chaleur, de façon à ce que la chaleur de l'air intérieur qu'on rejette, soit transmise à l'air extérieur qu'on aspire.

En images, cela ressemble à ça (crédit photo : http://www.sodielec-berger.fr/) :

Un exemple (crédit photo : http://www.sodielec-berger.fr/) :

Les caractéristiques essentielles

  • le débit doit être adapté au volume de la maison et à son occupation.
  • le rendement de l'échangeur doit être le plus élevé possible. On distingue principalement les échangeurs à flux croisé dont le rendement est de l'ordre de 50 à 60%, et les échangeurs à contre-courant dont le rendement peut dépasser 90%.
  • la consommation électrique doit être la plus faible possible, car la VMC fonctionne en permanence. Les meilleurs modèles ne consomment pas plus de 30 à 40W en fonctionnement normal.
  • le bruit doit être le plus faible possible : pas question de subir des vibrations ou des sifflements en permanence.
  • un dispositif doit être prévu pour court-circuiter (bypass) l'échangeur et permettre d'insuffler l'air extérieur directement dans la maison. Ceci est important pour refroidir plus efficacement la maison durant les nuits d'été.
  • l'évacuation des condensats doit être prévue. En effet, par temps froid, l'humidité de l'air intérieur peut se condenser dans l'échangeur. Il faut donc pouvoir évacuer cette eau.
  • un dispositif doit être prévu pour empêcher le givrage de l'échangeur par temps très froid.
  • des filtres sont généralement prévus à l'entrée et à la sortie de l'échangeur, pour éviter son encrassement.
  • la VMC doit être placée dans l'enveloppe isolée du batiment, et les deux conduites vers l'extérieur (aspiration et rejet) doivent être fortement isolées.
  • un soin tout particulier doit être apporté à la réalisation des réseaux intérieurs d'insufflation et d'aspiration. Préférer des conduites rigides et lisses à l'intérieur, pour éviter l'accumulation de poussières et faciliter le nettoyage. Préférer aussi des matières comme le métal ou le PEHD au PVC (surtout pour le réseau d'insufflation).

Et le puits canadien/provençal dans tout ça ?

Une VMC double flux à haut rendement permettant à elle seule de récupérer plus de 80% des calories de l'air qu'on rejette, le puits canadien ne permet plus de grapiller grand chose.

Il apporte toutefois deux avantages :

  • en  préchauffant l'air qu'on aspire à l'extérieur en hiver, il empêche de fait tout givrage de l'échangeur de la VMC:
  • en raffraichissant l'air qu'on aspire à l'extérieur en été, il limite la surchauffe, et participe donc activement au confort de la maison.

Le coût d'un puits canadien est donc à mettre en regard des avantages qu'il apporte, ce qui doit prendre en compte la région, son climat, et le principe constructif de la maison.

Ainsi, la problématique du confort d'été dans le Sud de la France est cruciale, tandis qu'en Bretagne elle ne pose guère de problème.

De même, un puits canadien peut assurer a lui tout seul une ventilation efficace et économe d'une maison bio-climatique, mais ne suffit pas lorsqu'on veut atteindre la très basse consommation ...

Pour creuser la question

Apparté - pour les curieux

De bien jolis ventilateurs (entre autre) : http://www.vraimentbeau.com/