foto1
foto1
foto1
foto1
foto1
logo

Home, Wood Home

autoconstruction en bois

Interlude

Visites

1267406
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
Mois dernier
131
641
15352
22342

En ligne

Nous avons 7 invités et aucun membre en ligne

Utilisateur

Bioclimatisme

Le bioclimatisme consiste à optimiser l'utilisation des ressources d'un lieu et de son climat, avec pour objectif de créer en cet endroit une maison tout à la fois confortable et économe à l'usage.

Il s'agit donc, non pas d'affronter les avantages et inconvénients du lieu, à grand renfort de chauffage et/ou de climatisation, mais de composer avec eux et d'en tirer le meilleur parti.

Cela revient finalement à établir un compromis entre :
- l'environnement immédiat;
- les envies architecturales des futurs habitants;
- les habitudes de vie des futurs habitants.

Dans nos régions, il convient de ne pas négliger les cycles saisonniers.

Si la problématique d'hiver reste prédominante, on ne doit pas oublier de prendre en compte l'été, afin d'éviter de désagréables surchauffes.
Ceci est bien sûr d'autant plus vrai qu'on se dirige vers le Sud du pays ...


On commencera par exploiter les caractéristiques du lieu, par exemple en utilisant une surélévation de terrain ou des haies compactes en guise de protection contre les vents dominants.

On favorisera les ouvertures sur le côté Sud de la maison, de façon à bénéficier des apports solaires gratuits en hiver, mais sans oublier de placer des protections solaires pour ne pas surchauffer en été.

On privilègera un volume compact pour la maison, ce qui, associé à une excellente isolation, minimisera fortement les déperditions thermiques, et donc les besoins en chauffage.

Dans le même temps, on cherchera à apporter une inertie thermique à l'intérieur de la maison (source de confort) en y intégrant des matériaux massifs (dalles, murs intérieurs).

On organisera la maison en disposant les pièces de vie du côté Sud, chaud et lumineux, et on relèguera les autres pièces du côté Nord (buanderie, cellier, garage), format ainsi un espace tampon protecteur :

View the embedded image gallery online at:
https://philoux.net/projet#sigFreeId53c26cc4e3

On soignera enfin l'étanchéité à l'air, ainsi que la ventilation, pour garantir un air intérieur sain sans pour cela gaspiller d'énergie :

View the embedded image gallery online at:
https://philoux.net/projet#sigFreeId429142de7b

On notera que tous ces principes nous amènent naturellement vers les maisons basse consommation, et même, pour les plus motivés, vers les maisons passives ...

Négawatts

Les négawatts désignent l'énergie qui, avec un minimum d'effort, pourrait être économisée plutôt que consommée.

Ainsi, investir dans l'isolation d'une maison, plutôt que dans un coûteux système de chauffage, réduit drastiquement les besoins énergétiques de cette maison.

Complément logique : soigner l'étanchéité à l'air de la maison, ainsi que la ventilation (VMC double flux) apporte son lot d'économie.

Écologie

L'application de l'écologie à la construction m'apparaît comme la suite logique de la réflexion bioclimatique.

Cela consiste d'abord à ne pas dénaturer le site sur lequel on va implanter une nouvelle maison.

Cela consiste ensuite à choisir soigneusement les matériaux qu'on va utiliser, en donnant la priorité à tous ceux qui sont renouvelables, en particulier ceux issus des végétaux.

On évitera les produits risquant d'émettre par la suite des produits chimiques volatiles, tels que les colles, les peintures, les solvants ...

Cela consistera enfin à bien étudier l'assainissement, qui est sans nul doute une source conséquente de pollution. Les filières à toilettes sèches et phyto-épuration s'imposent alors tout naturellement en campagne ...

Important : ma démarche écologique n'est pas idéologique. Je suis écolo-sensible, pas écolo-dévot ...

Priorités

Devant tous les beaux principes énoncés précédemment, il apparaît très vite évident qu'il est presque impossible de les appliquer tous ensembles sur le même projet.

A chacun, alors, de déterminer ses priorités, en fonction de ses goûts et de ses contraintes, en particulier financières.

Une fois l'architecture bioclimatique assurée, j'ai tenté d'établir pour chaque gros poste :

  • le gain thermique;
  • le gain écologique
  • mes goûts et mes envies;
  • le coût financier.

Ensuite de quoi j'ai trié tout ça ...

Mes priorités sont finalement les suivantes (par ordre d'importance) :

  • toilettes sèches associées à une phyto-épuration : ceci diminue considérablement la consommation d'eau, la pollution de l'eau et des sols, le tout pour un modeste coût.
  • isolation maximum, du genre 30cm dans les murs, le sol, le plafond : ceci diminue drastiquement les déperditions thermiques, et donc le besoin en chauffage, pour un coût tout à fait raisonnable sur le long terme.
  • étanchéité maximum à l'air : indissociable du point précédent..
  • ventilation performante (VMC double flux) : indissociable du point précédent.
  • apport d'un minimum d'inertie thermique par une dalle massive : ceci apporte du confort thermique et optimise la captation des apports solaires passifs ; ceci dit je suis lucide, vu le peu de masse, j'aurais peu d'inertie, mais c'est acceptable en Bretagne.
  • utilisation de matériaux renouvelables, principalement du bois local non traité, des copeaux de bois : ceci est cohérent avec le projet et le terrain; en plus c'est très agréable à travailler et cela correspond à mes capacités.
  • intégration d'une toiture végétale : ceci est cohérent avec le projet et le terrain, mais surtout j'en ai vraiment envie (là je me fais plaisir).
  • utilisation de l'énergie solaire pour produire l'eau chaude sanitaire: bien que cohérent avec le projet, la rentabilité est ici plus discutable et ce point disparaîtra peut-être.
  • utilisation de l'énergie solaire pour produire de l'électricité : écologiquement discutable (sans solution de stockage durable), déontologiquement discutable (tarif de rachat financé par les abonnés au réseau), un petit système pour couvrir la consommation de fond les jours de soleil est tentant.
  • mise en place d'une récupération de l'eau de pluie : ce point est plus qu'hypothétique, car je juge l'investissement beaucoup trop important en regard des bénéfices envisageables. Je préfère donc faire un effort financier sur des postes plus rentables (en particulier sur le plan thermique).

Cheminement

Au départ de mes réflexions, (c'est à dire en 2005/2006), j'habite une maison tout ce qu'il y a de plus classique dans un lotissement.

Quand je commence à envisager de la vendre pour changer de cadre,  j'ai pour objectif :

  • de m'installer à la campagne, pour avoir un peu d'espace vital;
  • de construire d'une manière un peu plus écolo, ce qui me semblait naturel à la campagne;
  • de faire en sorte que ma future maison soit plus économique.

Ma réflexion sur ces sujets est alors, je dois le dire, tout juste balbutiante.

D'abord, je m'aperçois assez vite que les isolants naturels, pour chers qu'ils soient, n'isolent pas plus (et parfois un peu moins), qu'une bête laine de verre.

Ensuite, je fais le tour des moyens modernes et efficaces de se chauffer : chaudières à condensation, géothermie, aérothermie, et je note aussi les coûts faramineux de tous ces systèmes ...

À ce stade, je suis assez perplexe, car tout ce que je trouve affole mon portefeuille ...